jeudi 19 janvier 2017

Dernier jour


Le 12 janvier, jour à la fois attendu et redouté, voilà le Marion Dufresne en BDM prêt à embarquer les derniers rescapés de la mission 53 (Manue, Gaëlle, Gaspard et moi-même). Cette rotation du Marion Dufresne est une rotation un peu spéciale, appelée AustralObs, et qui est avant tout une campagne océanographique. Ainsi pas d'hélicoptère à bord, mais seulement un zodiac sur lequel nous embarquons depuis la BDM. Après avoir passé autant de temps sur cette plage je suis contente de quitter Crozet en voyant encore une dernière fois les manchots (dont les petits poussins nouveaux nés qui ont commencé à montrer le bout de leur bec le 6 janvier !). Les au revoir ne sont pas si faciles mais il me tarde en même temps de revoir famille et amis, et, vous l'aurez je le pense constaté au travers de ces pages,  j'aurai bien profité de mes 14 mois sur l'île de la Possession ! 




Dernière photo



Nouveaux-nés 



A peine avons-nous quitté Crozet que nous partons plein Sud pour les prélèvements océanographiques. En certains points précis, des hydrophones sont installés (enregistrements de séismes, de fréquences de baleines), des filets sont jetés afin de récupérer du krill, des poissons, d'autres appareils permettent de récupérer le plancton à des profondeurs différentes, des études sont aussi menées sur la quantité de carbone anthropique retrouvée dans ces eaux...  Ces manœuvres ont lieu de préférence de nuit lorsque le plancton remonte en surface. Certains des prélèvements se font jusqu'à 4000 m de profondeur.
Ce départ plein Sud nous donne l'opportunité d'apercevoir les côtes Sud de Crozet, chose peu habituelle, car en temps normal le bateau part directement vers l'île de l'Est et les îles Kerguelen. C'est étrange de voir notre île depuis l'extérieur après 14 mois à en parcourir les moindres recoins. Le Mascarin ne paraît finalement pas si petit.


Vue de la BDM depuis le Marion
La base et le mont Branca
Mascarin, cap du Gauss et cap de Gallieni



La vie sur le bateau se passe doucement car je n'ai actuellement plus de travail à faire pour mon programme : lecture, films, observation des oiseaux marins qui suivent le bateau, un peu de sport, photo, tri de ce qui est prélevé dans les filets... 
Le 16 janvier nous aurons atteint le point le plus au Sud à 56°30. Nous ne verrons malheureusement ni iceberg ni aurore boréale. Depuis, nous faisons doucement route vers Kerguelen avec encore quelques arrêts prévus pour des prélèvements.









Aucun commentaire:

Publier un commentaire