mardi 7 février 2017

Saint-Paul et Amsterdam



Le temps passe et nous voilà déjà à Saint-Paul. Sur cette petite île de 8km² seulement, peu de gens ont la chance de débarquer, voire même de simplement l'apercevoir. Le 29 janvier au soir, nous profitons donc du spectacle et apercevons l'entrée du cratère. Il y a tout de même une cabane sur cette île pour les missions très ponctuelles qui s'y dérouleraient, mais pas de base. L'introduction de rats lors des premières missions avaient failli voir la fin de toute espèce sur l'île. Heureusement, une grande campagne de dératisation a été menée et depuis les oiseaux marins reviennent coloniser l'île. 


Saint-Paul



Qui dit Saint-Paul dit aussi Amsterdam, mais à peine nous y arrêtons-nous le 30 janvier à 4h30 que nous repartons : la météo est trop mauvaise pour embarquer les hivernants. Je n'aurai pas la chance d'apercevoir Amsterdam ce jour-là, mais heureusement nous reviendrons dans quelques jours. 

 
Albatros à bec jaune



Le 2 février, et nous voilà donc de retour et nous passerons la journée au mouillage. La base Martin-de-Viviès est très jolie vue du Marion. Amsterdam est la plus petite des 3 îles, seulement 55 km² contre 145 km² pour l'île de la Possession à Crozet et 7 215 km² pour l'ensemble de l'archipel des Kerguelen. A Amsterdam, il y a des arbres : des cyprès (introduits) et des Phylica (endémiques) que la Réserve Naturelle se charge de replanter ; une bonne partie ayant été détruite par les vaches introduites (elles ont maintenant toutes été abattues). Une seule espèce de manchot se reproduit à Amsterdam, un gorfou sauteur aux aigrettes encore plus longues que celui de Crozet. Amsterdam est aussi connue pour son Albatros d'Amsterdam dont on ne compterait pas plus d'une centaine d'individus dans le monde entier. 


Amsterdam

La base Martin-de-Viviès

Les falaises d'Entrecasteaux



Nous ne descendrons pas à Amsterdam du fait des difficultés d'accoster en zodiac. Toutefois, nous ne nous ennuierons pas une seconde en passerelle car les mammifères marins s'en donnent à cœur joie : otaries, orques et baleines ne cessent de se montrer au loin mais aussi à proximité du bateau. Nous aurons aussi les chances d'apercevoir les fameux albatros d'Amsterdam. Il fait beau, chaud (nous retrouvons les mouches !) et cette journée nous fait le plus grand bien après toutes ces journées en mer.


Souffles de baleines

Baleine bleue pygmée?



Nous voilà maintenant à des latitudes subtropicales, nous avons dit au revoir aux subantarctiques et nous venons certainement de voir nos derniers orques et albatros. La campagne océanographique touche aussi doucement à sa fin.   

Dans une semaine, nous serons à l'île Maurice où nous devrions passer une journée à terre puis La Réunion, qui signera la fin de ce voyage dans les îles subantarctiques. 




On ne se lasse pas des orques...!


2 commentaires: